Retour sur le 10e Symposium du PMI-Montréal

Le Jalon était présent les 4 et 5 avril derniers au 10e Symposium de PMI-Montréal, événement phare en gestion de projet et qui avait pour thématique centrale L’Impact de la technologie sur la gestion de projet. Cette thématique présentée à travers des perspectives aussi diverses qu’intéressantes, ont concilié à la fois les pratiques de l’heure en gestion de projet, tout en abordant les considérations actuelles de nos sociétés : l’intelligence artificielle, l’environnement, le transport en commun, les projets de transformation, les Bureaux de projet, l’agilité organisationnelle, et bien plus encore.

Retour sur ces deux jours de conférences, d’ateliers et de réseautage.

Les technologies de demain : l’intelligence artificielle (IA) mise de l’avant

Les conférences d’Abhishek Gupta, Ethics and IA, et Marc-Antoine Dilhac,  L’intelligence artificielle à Montréal, à quoi s’attendre ? , proposaient un regard expert sur les considérations éthiques dans l’utilisation de l’intelligence artificielle, dimension centrale dans la gestion de projet utilisant cette technologie.

La conférence de Marc-Antoine Dilhac, Professeur au Département de philosophie de l’Université de Montréal, a judicieusement présenté la technologie et son industrie qui en est encore dans ses balbutiements. L’intelligence artificielle encore peu connue de certains, la présentation permettait une compréhension de base solide. En ce sens, il a soulevé l’importance de distinguer l’intelligence artificielle « faible » – l’utilisation de l’intelligence artificielle de tous les jours, non sensible et qui se concentre sur une tâche en particulier -à l’intelligence artificielle « forte » – qui réfère à une robotisation complète de la pensée humaine -.

Les aspects éthiques et la plus-value de faire l’encadrement de cette technologie figuraient au centre de la présentation. Les exemples de dérives en lien avec cette technologie ont servi d’introduction à la présentation des nombreuses initiatives québécoises visant à encadrer son utilisation. Parmi ces initiatives figure Le Comité d’orientation de la grappe en intelligence artificielle (IA) formé en 2017, par l’Université de Montréal, et à la demande du Gouvernement du Québec. Ce comité a pour mission de devenir un acteur de premier plan en IA, que ce soit en matière de recherche et d’innovation, de création d’entreprises ou d’appropriation de l’IA par les organisations du Gouvernement du Québec.

Une autre initiative digne de mention est celle lancée par Les Fonds de recherche du Québec soit l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’intelligence artificielle et du numérique en coopération avec l’Université Laval à Québec.

Les investissements majeurs en intelligence artificielle réalisés par le Gouvernement du Québec mettent la province de l’avant dans la recherche en lien avec cette technologie à l’échelle mondiale, de façon à créer un réel écosystème favorable au développement d’industries et à la recherche.

En proposant des conférences abordant les enjeux éthiques liés à la technologie, le Symposium proposait un regard actuel, voire avant-gardiste, sur les considérations avec lesquelles le gestionnaire de projet doit et devra composer dans le cadre de son travail s’il touche de près ou de loin l’intelligence artificielle.

Le Centre d’écologie urbaine de Montréal : la gestion de projet autrement

Il faudrait plutôt se demander : Est-ce la gestion de projet qui se fait autrement ou serait-ce plutôt un organisme sans but lucratif (OBNL) qui adopterait un mode de gestion différent ?

Un OBNL 100% en mode projet, c’est du jamais vu ou presque ! Bien entendu, cela nécessite de travailler avec passion et acharnement pour contrer cette image du modèle d’organisation typique que l’on pourrait penser peu agile et contrainte de vivre au rythme des subventions gouvernementales. C’est pourtant ce que réussit à faire le Centre d’écologie urbaine de Montréal qui gère des projets d’écologie urbaine dans plusieurs arrondissements de la Ville de Montréal. Cet OBNL place l’implication citoyenne au centre de ses considérations dans le but de garantir des milieux de vie durables, autant du point de vue écologique que social. La Directrice, Véronique Fournier, était présente pour démystifier l’impossible et pour présenter les modes de gouvernances innovants qui y sont mis en place.

La gestion de projet et le transport en commun

Décidément, les transports en commun ont la cote lorsque vient le temps de parler de gestion de projet. Pour preuve, le Projet de l’année 2018 du PMI-Montréal était l’acquisition des voitures de métro AZUR de la STM. En effet, nous avons eu droit à deux conférences en lien avec des projets de transports en commun et d’envergure, la première par le Réseau express métropolitain (REM) et la seconde portant sur le projet d’acquisition des wagons Azur.

La conférence sur l’acquisition des wagons Azur, présentée par François Chamberland, ingénieur et superviseur de l’ingénierie de la STM, a permis de saisir l’ampleur d’un tel projet entre autres quant à son aspect longitudinal comportant de multiples phases. Lors de cette conférence, il a présenté les différentes étapes liées au projet d’acquisition qui se sont échelonnées sur 10 ans afin de répondre à une problématique réelle : 40% de la flotte des anciens wagons causaient 70% des pannes du réseau de métro. La phase de conception – une étude de terrain notamment – était particulièrement ardue alors que son équipe et lui ont dû se rendre à l’international à de multiples reprises pour visiter et tester différents réseaux de transport souterrains.

La voix des jeunes professionnels entendue

Pour cette 10e édition, la place des jeunes professionnels en gestion de projet a été mise de l’avant. Pour la période de questions à chaque conférence, la Question de la relève était adressée au conférencier par un membre du comité HubGP. Cette initiative, qui avait pour but de donner une plus grande place aux jeunes professionnels dans les discussions entourant les enjeux en gestion de projet, est d’ailleurs applaudie par Le Jalon, fier de soutenir la relève en gestion de projet. D’ailleurs, les questions ont été reçues avec enthousiasme et intérêt autant pour les conférenciers que l’auditoire, ce qui prouve l’importance d’intégrer les jeunes professionnels dans les discussions liées aux enjeux du monde du travail.

La programmation du Symposium proposait du contenu au coeur des considérations actuelles autant de la perspective du citoyen que du professionnel en gestion de projet ce qui en a fait un événement inspirant tourné vers l’avenir.

Auteure: Alexandra Marin
Avec la collaboration d’Élodie Chateauvert