La société québécoise des infrastructures : Gestionnaire des projets d’infrastructure publique

Maude Brunet

Maude Brunet, MGP, PMP,  est doctorante en administration – spécialisation gestion de projet – à l’ESG UQAM. Ses intérêts de recherche portent sur la gouvernance des grands projets d’infrastructures publiques. Elle possède près de dix années d’expérience en gestion de projet et a été administratrice du PMI-Montréal pour 2012-2013. Elle est actuellement chargée de cours à l’ESG UQAM et elle est également impliquée activement avec l’organisation GP-Québec, la communauté de pratique en gestion de projets publics au Québec.

«Connaissez-vous la Société québécoise des infrastructures (SQI)? Savez-vous que cette organisation est un des huit partenaires de la Chaire en gestion de projet de l’ESG-UQAM?»

La SQI a été constituée le 13 novembre 2013, d’une fusion de deux organismes qui assuraient d’une part la planification des projets d’infrastructure (Infrastructure Québec) et d’autre part la réalisation des projets ainsi que le maintien du parc immobilier (Société immobilière du Québec).

La loi sur les infrastructures publique (LIP), sanctionnée le 30 octobre 2013, encadre cette fusion, notamment en définissant la mission de la SQI, ses responsabilités, ses pouvoirs, son organisation et son financement. De plus, la LIP prévoit que l’ensemble des grands projets d’infrastructure du gouvernement (définis à 50 million$ et plus) soient consignés dans le Plan québécois des infrastructures, qui est en fait le portefeuille gouvernemental couvrant les dix prochaines années. Concernant la gestion des projets d’infrastructure publique, la LIP prévoit que tout organisme public doit se conformer aux mesures déterminées par le Conseil du trésor. En ce sens, la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique a été produite par le Conseil du trésor en 2014, et constitue le cadre de gestion des grands projets. La SQI planifie et exécute les projets selon ce cadre, qui comporte les étapes d’avant-projet, de démarrage (réalisation du dossier d’opportunité), de planification (réalisation du dossier d’affaires), de réalisation et de clôture.

La mission de la SQI est de soutenir les organismes publics dans la gestion de leurs projets d’infrastructure publique et de développer, de maintenir et de gérer un parc immobilier qui répond à leurs besoins.

Mis à part le Ministère des Transports qui gère ses projets et qui a développé au fil des années une expertise propre aux projets routiers, tout autre organisme de ressort provincial devant développer un grand projet d’infrastructure s’associe à la SQI, qui planifie et exécute le projet pour ce client. En plus de répondre à la demande des organismes publics, la SQI gère le parc immobilier gouvernemental, qui comporte 1300 édifices en propriété et en location sur tout le territoire du Québec, ce qui en fait un leader dans le marché immobilier québécois.

Les quatre secteurs d’expertise de la SQI sont la gestion des immeubles, la gestion des espaces, la gestion de projets ainsi que les services-conseils. La gestion de projets passe par la réalisation des études et des plans et devis, l’octroi des contrats et la supervision des travaux, et ce, jusqu’à leur matérialisation finale. Fait intéressant à noter, la SQI se préoccupe de l’environnement, comme l’efficacité énergétique figure parmi ses priorités, et comme elle recourt à certification LEED du Conseil du bâtiment durable du Canada, pour les nouvelles constructions.

La SQI emploi plus de 800 personnes ayant des profils de compétences variés, couvrant principalement les quatre secteurs d’expertise mentionnés. Cette organisation performante et reconnue permet à plus de 60 000 employés de l’État de bénéficier de leurs services et de leur expertise de pointe en gestion d’immeubles, ce qui est considérable, comme les investissements dans les infrastructures sont estimés à plus de 22 milliards de dollars. En adoptant la loi sur les infrastructures publiques et en optant pour la fusion d’Infrastructure Québec et de la Société immobilière du Québec, le gouvernement démontre une vision claire qui permet de tabler sur une meilleure synergie entre la planification et la réalisation des projets, et par conséquent, une gestion améliorée des projets d’infrastructure publique.

Rédigé en août 2015

Références