La gestion du changement : Une question de leader

Mathieu Labrèche

Mathieu Labrèche est actuellement finissant à la maîtrise en gestion de projet de l’UQAM. Or, pendant son baccalauréat en Gestion des ressources humaines à l’Université Laval, Mathieu a rapidement développé un intérêt pour la gestion du changement en entreprise. Il a su intégrer les connaissances de ses deux formations afin de réussir des projets plus efficacement au niveau de l’acceptation par les employés. Il a notamment réussi un projet en gestion du changement en apportant l’adoption du Dossier Médical Électronique à la Polyclinique Cabrini.

«Quelques considérations sur l’utilité des leaders actuels pour faire accepter le changement.»

Avant tout, il est important de comprendre qu’il est plus confortable de rester dans le statu quo que de changer, bien que la nouvelle situation puisse être avantageuse. Ainsi, lorsque confronté à un changement, les réactions sont, habituellement, de nature négative. Un exemple pour appuyer cette affirmation est la réticence des employés médicaux à adopter les nouveaux outils informatiques, soit les Dossiers Médicaux Électroniques et le Dossier Santé Québec, mis de l’avant par le gouvernement du Québec. Face à une tendance naturelle de réticences à tout changement, il convient de développer des méthodes et techniques pour les contrer. Une de ces méthodes est d’utiliser l’influence des leaders actuels au sein de l’entreprise.

Définition du leadership

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un leader? Plusieurs définitions sont acceptées pour définir le leadership mais, dans le but de cet article, il convient de définir deux groupes distincts. Premièrement, il existe le leadership issu d’une relation hiérarchique; il s’agit plutôt d’une autorité formelle. Dans le cadre de cet article, ils seront nommés « supérieurs hiérarchiques». Le second type de leadership est, quant à lui, issu d’une relation émotionnelle entre le leader et les employés. Sans entrer dans les détails, ce leadership peut être basé sur la confiance, l’expertise, l’admiration, etc. Effectivement, un employé agissant comme figure de référence est un leader informel puissant. Dans cet article, ils seront nommés « leaders ». À noter qu’un leader peut également être un supérieur hiérarchique.

Rôle des leaders

Tel que défini, les leaders agissent comme référence auprès des autres employés et réussissent donc à transmettre leurs émotions et leurs opinions facilement. Ainsi, leur influence auprès des autres employés est très importante; il s’agit d’une force de ralliement des employés vers l’acceptation ou le refus du changement proposé. Le défi est donc de contrôler cette force que représentent les leaders pour qu’elle soutienne le projet plutôt qu’elle ne le ralentisse ou ne le mène vers l’échec.

En effet, les leaders jouent plusieurs rôles importants lors d’un changement en entreprise. Premièrement, ils ont la capacité d’aller chercher l’appui de plusieurs autres employés. Alors que cette capacité des leaders est dangereuse si elle est utilisée par des leaders négatifs, soit des leaders qui s’opposent au projet, cette capacité représente également un avantage indéniable pour le changement. En effet, il est plus facile d’aller chercher l’appui de quelques personnes, qui iront par la suite chercher l’appui d’une foule, que d’aller chercher l’appui d’une foule par soi-même. Ainsi, cette capacité des leaders, s’ils sont en faveur du changement, permettra plus facilement d’aller chercher la masse critique d’employés qui soutiendront le changement.

Leaders négatifs

Les leaders négatifs doivent également être considérés dans la gestion du changement. En effet, il sera important de surveiller leurs actions pour s’assurer qu’ils ne réunissent pas un support excessif. En effet, un leader négatif puissant peut avoir un effet dévastateur sur le projet et saboter les efforts auprès des autres employés. Sinon, une seconde considération est qu’ils représentent également une opportunité importante; un leader négatif qui se tourne en faveur du projet a un impact sur les employés qui est beaucoup plus puissant que celui d’un leader qui est toujours positif.

Aspects importants

Pour récapituler, il est nécessaire de considérer le rôle des leaders, même s’ils ne sont pas des supérieurs hiérarchiques. Un leader a une capacité de ralliement qui permet d’atteindre la masse critique en faveur du changement, mais peut également créer une coalition pour contrer le changement. Il convient donc de porter attention aux leaders dans l’entreprise, particulièrement ceux qui sont négatifs vis-à-vis le changement.

Malgré ces considérations, il faut également réussir à comprendre les différentes motivations des employés et des leaders. De plus, bien qu’une compréhension soit utile, il convient également de réussir à agir adéquatement pour rallier les leaders au projet. Pour développer ces connaissances, mais également ces compétences, je vous suggère de consulter la seconde édition de l’ouvrage « Comportement organisationnel : Comportements humains et organisations dans un environnement complexe » de McShane S., Steen S. et Benabou C. (2013).

Rédigé en novembre 2014