Hacking health : Le « piratage » au profit de la créativité et de l’innovation en santé

Sarah Justine Leduc-Villeneuve

Sarah Justine Leduc-Villeneuve est finissante à la maîtrise en gestion de projet, profil coopératif, de l’ESG UQAM. Bachelière en neurosciences de l’Université McGill, elle a un intérêt marqué pour les projets dans le domaine de la santé, mais aussi pour les projets d’innovation qui feront rayonner Montréal à l’international. Elle complètera sa maîtrise après une session d’études à SciencesPo (Institut d’études politiques de Paris), dans le programme Economics and Business. Actuellement, elle travaille en gestion de projet au CHU Sainte-Justine.

«Le Hacking Health est le lieu de rencontres improbables. Durant un évènement de trois jours, des créateurs, des génies de l’informatique, des citoyens, des professionnels de la santé et des patients se réunissent afin de réfléchir et concevoir des projets répondant à des besoins du système de la santé. Le CHU Sainte-Justine a récemment participé à un tel évènement. Le Jalon raconte.»

Hacking [hak•ing] : Mot anglais désignant «piratage». Signifie «accéder à un système informatique depuis un ordinateur distant afin d’en consulter les données, de les modifier…».

Health  [helth] : Mot anglais désignant «santé». Signifie «état de bon fonctionnement de l’organisme».

Les 21, 22 et 23 février 2014 a eu lieu la première édition du Hacking health au CHU Sainte-Justine, où une quarantaine de projets d’innovation ont été proposés, conçus puis présentés en trois jours. Le Hacking health est un évènement intense, où des équipes multidisciplinaires formées de patients, de professionnels de la santé, d’employés, de citoyens et d’informaticiens élaborent des solutions innovantes et concrètes à des problèmes simples, mais persistants au sein d’un établissement de santé.

En effet, ces projets prennent la forme d’un hackathon, où les équipes se forment, se réunissent, font une séance de brainstorminget proposent des idées en très peu de temps. Il s’agit d’un véritable marathon, où les idées de projets se succèdent et où la conception en équipe est une véritable course contre la montre. Les projets, allant d’un GPS afin de se retrouver dans l’hôpital, à l’application mobile avertissant les patients de leur position dans une liste d’attente virtuelle pour les soins d’urgence, répondent directement à des besoins exprimés par la communauté de l’établissement. Natasha Abouaccar, coordonnatrice de projet au Bureau de projet et de la performance du CHU Sainte-Justine, et graduée de la Maîtrise en gestion de projet à l’ESG UQAM, a joué le rôle d’observatrice durant cet événement. Elle a été impressionnée par le niveau d’innovation et de créativité des projets, ainsi que par la rapidité d’exécution. Elle affirme : «Le Hacking health, c’est rallier plusieurs acteurs ensemble afin de coopérer sur des projets stimulants, de créer des liens et de partager des connaissances alors que cela ne se ferait pas autrement». «C’est aussi l’occasion de faire adhérer plusieurs personnes à l’impact que peuvent avoir des projets au sein d’une organisation». «Ce qui est incroyable, c’est que tous les projets démarrés ont livré un concept ou un prototype dans les temps, avec un très haut niveau de qualité» ajoute-t-elle.

Plusieurs critères, définis par un jury, déterminent les gagnants. Les projets doivent avoir un impact direct, répondant à un besoin. Les prototypes doivent aussi être réalistes et les solutions doivent être claires et envisageables à long terme.

La qualité, quant à elle, est mesurée par l’usage qu’en feraient les bénéficiaires, le design et le niveau de conformité avec l’architecture de l’établissement. Le degré d’innovation est aussi un critère important : un prototype doit se distinguer des autres projets et sortir des sentiers battus. C’est le facteur «wow !». La pérennité des projets est aussi mesurée en s’assurant que ceux-ci pourraient effectivement être mis en œuvre. Les projets doivent finalement être bien présentés, de manière concise et claire.

Avec une quarantaine de projets présentés en moins de 3 jours et des équipes gagnantes selon chacun des critères, le résultat d’un hackathon est inspirant et démontre l’importance des projets d’innovation au CHU Sainte-Justine. Cet évènement fut un réel succès.

Rédigé en novembre 2014